chateau logo

 

Histoire de la Cité Médiévale

   
Les Fouilles romaines, le nom même de Vaison-la-Romaine, occultent les monuments d’époque plus récente, qui comme la Cathédrale Romane, son cloître, la Chapelle Saint Quenin, la Cité Médiévale, constituent des éléments intéressants du patrimoine.

Vaison doit sans doute son nom à la colline rocheuse qui descend jusqu’à la rive gauche de l’Ouvèze, dont l’histoire n’a laissé aucun nom spécifique, appelé actuellement la Haute Ville ou Cité Médiévale.

Il est très probable que cette hauteur fut occupée dès l’époque protohistorique, aux environs du IIe millénaire avant J.C.
Elle entre dans l’histoire avec les Voconces. Un oppidum de dimensions modestes, retranché sur ce rocher abrupt devient leur capitale politique.

Après la conquête romaine, les vaisonnais descendirent dans la plaine. Au début du IIe siècle, il est acquis que Vasio est devenue une ville puissante. La faveur de Burrhus devait y être pour quelque chose.
A la chute de l’empire romain, les habitants de Vasio continuèrent à vivre dans leur cité délabrée. Ils devaient remonter sur le rocher, vers la fin du XIIe siècle, pour chercher refuge à l’abri du château des Comtes de Toulouse.

Les ruines de la ville servirent alors de carrière, pour bâtir les remparts et les maisons de la Haute Ville, à l’intérieur d’un périmètre de 850 mètres et sur une superficie de quatre hectares. De nombreux réemplois romains se remarquent, particulièrement sur les seuils et les pieds-droits des baies.
En venant du Pont Romain on accède à la Haute Ville en longeant les remparts Nord, par la porte principale  datant du XIVe siècle.

Tournant à gauche, une Porte ogivale anciennement protégée par une herse, partie inférieure de ce qui devait être, à partir du XVIe siècle, la Tour de l’Horloge après l’installation des deux cadrans. En 1786, les consuls décidèrent d’installer l’horloge plus haut en construisant un troisième étage surmonté d’un campanile, renfermant la cloche. Le tout forme maintenant le Beffroi . (photo Beffroi)
Après la voûte, en tournant à droite, l’ancien Hôtel de Ville désaffecté seulement depuis 1909. (photo maison May)
Tourner à gauche devant l’ancienne Mairie, en montant la rue, on arrive sur la place de l’église où se trouvent deux des bâtiments les plus intéressants de la Haute Ville : l’Hôtel de la famille de Blégier, avec sa façade aux fenêtres à meneaux dont certains datent du XVIe siècle et la Cathédrale nouvelle, bâtie à la fin du XVe siècle.(photo Eglise, ecole)

Beaucoup remaniée depuis, avec sa façade de “style jésuite” en pierres de taille bien appareillées ajoutée en 1776. Elle devait rester église paroissiale jusqu’à la fin du XIXe siècle.

A l’Est de la cathédrale depuis le Planet très belle vue sur la vallée de l’Ouvèze et le Ventoux.(photo view)
Au point, montée vers le Château. Celui-ci domine la cité à quelques 300 mètres au dessus du niveau de la mer.

L’origine de la forteresse actuelle remonte à la fin du XIIe siècle (1195) époque où Raymond VI, Comte de Toulouse, fit construire un château en belles pierres. Au cours des siècles, la construction fut remaniée de nombreuses fois, notamment pour réparer les dommages subis du fait des “bandes” de routiers. Les derniers travaux importants datent du XVIe siècle.

A la fin du XVIIe siècle, l’édifice, inutile et abandonné, se dégrada rapidement. Il devint le repaire de voleurs et carrière de pierres.
En 1843, le conseil municipal fit entièrement murer la première enceinte pour des raisons de sécurité et de police.

De ce “belvédère”, une très belle vue sur la ville basse et ses environs.
En descendant par le point, une place pittoresque où se trouvent une élégante demeure, l’ancien presbytère, les restes de la Chapelle Sainte Constance et dans l’angle Sud-ouest, le portail XVIIIe siècle de la maison de Prévot du Chapitre. (photo Meneau)

A l’extrémité Ouest de la rue des Fours, la place du Vieux Marché (photo Place), la plus grande de la Cité Médiévale. Dans l’angle Sud-ouest, une élégante porte ogivale qui donne accès au quartier de la Juiverie.(photo porte)

A l’Est de cette place, la rue de l’ Évêché  bordée de demeures intéressantes. En particulier à gauche une maison d’angle qui a conservé sa façade “Renaissance” et de belles fenêtres à meneaux.
Au delà de la ruelle qui descend au Nord sur les remparts il y a l’ancien Évêché. Un peu plus loin, l’emplacement de la Chapelle des Pénitents Blancs construite en 1639, privatisé et remise en état en 1951 après avoir été en partie détruite par la foudre en 1946. Elle était dédiée à Notre Dame de Pitié.

En continuant de descendre la rue, vous pourrez admirer les pilastres des portes de la fameuse «Hostellerie du Beffroi» - ancien hôtel du Comte de Saint Véran - qui sont classés Monuments historiques.

Riche d’un passé qui s’exprime dans la poésie de ses rues et le langage de ses vieilles pierres, la Cité Médiévale de Vaison-la-Romaine a su retrouver, grâce notamment au dynamisme de l’Association pour la protection de la Haute Ville (APHV), une activité urbaine tout en conservant le caractère historique de l’ensemble.